Trouver une voie

Photo by Pixabay.com

Ces personnes privées d’emploi, soit des jeunes en quête de formation qualifiante ou ceux qui souhaitent clarifier une orientation professionnelle, “trouver leur voie”, déterminer quel(s) métier(s) elles pourraient exercer.

Les compétences attendues de la part du formateur sont ici trés différentes de celles que l’on met en oeuvre pour permettre l’atteinte d’objectifs pédagogiques. il s’agit de permettre à chaque personne accueillie, d’une part, d’analyser ses expériences antérieures en valorisant ses réussites et ses acquis et, d’autre part, de clarifier ce qu’elle attend dorénavant sur le plan professionnel; viendra ensuite une phase de test du projet pour confirmer son intérêt et sa faisabilité, avant sa mise en oeuvre.

Chaque personne arrive avec son histoire, ses soucis, ses contraintes, ses atouts, sa façon de voir le monde; l’accompagner suppose d’abord de respecter ces éléments et de “faire avec”.

Le départ de l’accompagnement se centre donc autour de l’exploration du “passé” afin de mettre en évidence les compétences, les réussites, mais aussi les rejets et les situations que la personne ne veut plus connaître. L’accompagnateur écoute, reformule pour vérifier sa compréhension et pour faire “mirroir” à la personne accueillie.

Aprés s’être intéressé au passé et au présent de la personne, on se projette vers le futur.

L’accompagnateur va ici aider la personne à clarifier ses idées, ses attentes: comme cela est flou, pas clair, le débit de paroles va ralentir, parce qu’elle va réfléchir à ce qu’elle va dire. L’accompagnateur doit respecter cela; il va s’interdire tout jugement de valeur, même s’il ne croit pas que le projet est faisable. Son travail consiste à permettre d’envisager des possibilités, puis une fois qu’ils sont formulés, d’en tester la faisabilité. Il ne faut pas “tuer l’oeuf avant qu’il soit conçu.” En fait, ce qui importe, c’est que la personne découvre par elle-même ce que l’accompagnateur a, lui, vu depuis bien longtemps.

Lorsqu’on est passé de l’idée au projet, il s’agit de faire formuler les étapes de la réalisation et leurs échéances. Ensuite viendra le moment d’identifier les résistances et les contraintes potentielles pour soit tenter de les contourner, soit modifier le projet.

L’ensemble des étapes décrites ci-dessus se déroule par anticipation, avant même un début de réalisation. il n’y a donc pas de risques à laisser les personnes exprimer, dans un premier temps, toutes leurs idées… même les plus farfelues! Les différentes étapes de l’accompagnement et les questions à poser

Après une description orale, la mise à l’épreuve en sitation réelle, avant démarrage du projet, est trés intéressante; elle permet en particulier de vérifier l’intérêt de la personne, ses compétences et elle met à jour des contraintes ou, au contraire, des atouts qui n’étaient pas apparus. L’accompagnateur peut ici aider à la recherche du terrain de stage qui va permettre ce “co-pilotage” de projet.

Dans une démarche d’accompagnement, le plus important n’est pas le niveau de connaissances, mais les aspects comportementaux . Participer à une formation action ou à un groupe d’échange de pratiques est très bénéfique.